11 août 2009

Julius Winsome

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} ... [Lire la suite]

22 mars 2009

Sekai no owari to hâdo boirudo wandârando (à ta santé!)

   Et en Français, on a juste traduit ça par, la fin des temps. C'est plus court quand même. J'avoue qu'à l'heure où j'écris ces lignes je ne suis pas encore aller consulter les deux japonophiles que je connais pour demander si le titre est réellement le même, parce que j'ai un petit doute...    Murakami a l'art d'écrire sur des sujets complexes, certainement difficiles à bien traiter, par des mots et des phrases simples. Cela tient peut être à sa façon de construire le récit, à nous donner les images qu'il... [Lire la suite]
15 février 2009

Dans ma maison sous terre

Après quelques jours de retard dans mes posts, je peux enfin m'adonner sans retenue au dernier né de Chloé Delaume, au Seuil, cette fois ci, Dans ma maison sous terre.Un livre assez dur, plus sur le plan moral que physique. J'entends par là qu'il n'y a pas de sang et qu'American Psycho est vachement loin de Dans ma maison sous terre, et que c'est là ce qui en fait sa force. Littérairement, pour ceux qui se posent la question, le texte livré est à la hauteur de mon éllitisme littéraire assumé, suffisamment haut perché pour vous assurer... [Lire la suite]
22 janvier 2009

Neige

Bien qu'on m'est conseillé avec enthousiasme et conviction la lecture de "Neige", il m'est impossible de rejoindre les avis que j'ai eu sans être faux cul.Alors certes, le Japon du XIXe, le voyages plus où moins initiatiques là bas, avec zenitude de la neige et tout le bordel, c'est poétique et apporte du cachet au bouquin. On peut même y trouver un certain charme, malgré, pour être honnête, quelques passages où Fermine force un peu la poésie jusqu'à avoir des lignes sirupeuses, somme toute plutôt regrettable.Pour ce qui est... [Lire la suite]
23 décembre 2008

Le Panama est dans les glaces

Patrice Pluyette, celui qui a écrit avec ses mains "La traversée du Mozambique par temps calme". Il faut bien reconnaitre que c'est assez rigolo et complètement barré. Pas barré comme Eddie Murphy qui s'agite dans tous les sens et qui se casse la gueule en imaginant que c'est terriblement poilant, mais plutôt barré comme Scrubs, plus finement, moins facilement. Pourtant, en faisant un synopsis ou en donnant des exemples de rogolotteries, on ne peut pas vraiment voir le genre d'humour, loin du pouet pouet de Jim... [Lire la suite]
15 novembre 2008

Le problème, c'est que le cadavre est resté vivant

Ah, Alexandre Ikonnikov ! Voilà un homme qui doit être heureux d'être russe. S'il vivait en France, on aurait pu faire des quintaux de calembours pourris et autres jeux de vaseux sur son nom.Et en plus, il n'écrit pas trop mal. Pas de quoi faire un prix Andrei Biely, mais il faut bien remarquer que ca ferait mal au coeur quand ême d'utiliser son bouquin pour emballer un maquereau fraichement pêché. Alors que pour Guillaume Musso ca poserait pas de problème: ca s'appelle le recyclage et Delanoe est pour.Pour en revenir à... [Lire la suite]
Posté par adnihilo à 12:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 novembre 2008

Ca, au moins, ca fait plaisir

Ah, c'est vraiment que du bon. L'an dernier, le Goncourt décapait déjà quand on a vu que Mercure de France l'avait dans ses rangs plutôt que Gallimard, Grasset ou Flammarion (quoiqu'un Goncourt pour Flammarion, c'est pas pour demain non plus). "Mais putain, la couverture bleue, quoi ! Ca déchire !" avait même dit le Comte. Alors tenez vous bien, le Goncourt cette année, il est pour POL. ("Mais putain, la couverture blanche, quoi ! Cadéchire!"). Donc, Atiq Rahimi prend le Goncourt avec "Syngué Sabour". Parce que quand même, c'est pas... [Lire la suite]