Librairie "Michèle Ignazi". Dans mes souvenirs, elle portait un autre nom, mais les Pages Jaunes ont toujours raison.
Une librairie comme on les aime, avec plein de livres partout et où il reste juste la place nécessaire pour circuler. Une librairie à taille humaine qui  empêche toute démarche d'aseptisation du magasin et toute envie de transformer la boutique en pré-cantine scolaire  comme nos amis de la rue Marivaux (très gentils, ceci dit). Une librairie où on ne trouve que de bouquins intéressants et où tenter de donner une fourchette (de Freud à Calet ?) serait complètement superflu tant il y a de bijoux dans ce petit local.
Mais attention, que des livres scrupuleusement choisi par leurs qualités et leur interêt, si vous cherchez le guide vert de Moldavie ou un bouquin sur la meilleure méthode pour maigrir par les régimes au chocolat, passez votre chemin. Enfin non, entrez acheter un bouquin qui vous accompagnera jusqu'à des librairies creuses comme Lamartine qui pourrons vous proposez huit quintaux de livres qui ne disent rien. Michèle Ignazi est au delà de ce genre de bouquin qui un jour où l'autre seront condamnés à vivre dans les toilettes parce que personne le les rangent ou comme sous-tasse sur la table du salon. Michèle Ignazi propose de vraie belles choses.
Qu'on aime où pas, peu importe, mais des bouquins bien foutus. Ce n'est pas parce qu'on est pas transcendé par un bouquin qu'il est mauvais: "C'est bien écrit, bien foutu, mais c'est pas mon truc" disait un célèbre sociologue du livre que l'on appelle Mathieu.
Je ne vous en dit pas plus, je vous laisse vous rendre 17 rue Jouy, métro Pont Marie, continuez la rue des Nonnains d'Hyères jusqu'à ladite rue, et laissez vous envahir par cette sensation que dégagent les rayons.