27 septembre 2010

Nagasaki

Force est de constater qu'en effet, j'ai oublié de vous parler de Nagasaki.Il s'agit pourtant d'un bouquin suffisamment déroutant pour qu'il soit digne d'être relevé parmi la platrée de nouveaux romans plus ou moins bons qui sortent sous prétexte qu'on est en septembre. L'action se déroule, et c'est une révélation, à Nagasaki et est tiré d'un fait divers qui a marqué Eric Faye il y a deux ou trois ans, à la lecture d'un article repris par un média qui l'avait repris d'un autre qui le tenait d'un autre qui en avait pris connaissance... [Lire la suite]

24 septembre 2010

Parle leur de batailles, de rois, et d'éléphants

"Je le lui ai acheté parce que j'ai trouvé le titre vachement beau" m'a dit ma belle soeur en parlant du bouquin de Mathias Enard (le pronom lui représentant mon frère).Pour ce qui est du titre, force est de constater qu'elle a raison, et Mathias Enard peur remercier Paul Valéry de lui avoir refilé un de ses vers. Pour ce qui est du contenu, je ne sais pas très bien pourquoi je suis réservé mais je le suis quand même.A vrai dire, l'impression que donne le bouquin et qui reste après réside dans la facon même dont Mathias... [Lire la suite]
09 septembre 2010

Onze rêves de suie

En voilà, un bouquin déroutant. Déjà, avant même de l'ouvrir, avant même de l'acheter ou de l'avoir en main, un premier détail interpelle (je me permets au passage de me projeter dans l'avenir, nous sommes le 9 septembre aujourd'hui, mais ces lignes sur lesquelles votre auguste regard s'est porté datent de facilement quinze jours plus tôt. Je veux dire par là que lorsque vous êtes le 9 septembre, je suis moi le 19 août) Manuela Draeger, l'auteur du bouquin, ne s'appelle pas Manuela Draeger, elle s'appelle Antoine Volodine et ne se... [Lire la suite]
02 septembre 2010

Beau rivage

Non plus. Soyez indulgents, chers amis, lorsque vous verrez la taille de ce post qui, selon toute vraisemblance, sera vachement plus courts que les autres. Mais qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?D'abord, Beau rivage, c'est plat. Il ne se passe rien, le roman prend place dans un hôtel, en septembre, et il est quasi vide. Restent juste deux couples: l'homme de l'un termine une thèse au calme, la femme de l'autre s'emmerde quand son mari, en voyage d'affaires, est en ville. Ca, c'est le cadre. Encore une fois, excusez mon... [Lire la suite]
12 août 2010

A vos marques...

Ben oui, parce que bon. C'est pas le tout de lire, mais faut bien aussi vous faire partager le tout. Globalement, c'est même pour ca que je suis libraire.Parce que dans le fond, un bouquin qui n'est pas lu est vain. Celui qui n'est lu que par une tête de pipe ne l'est pas plus, le but d'un roman étant plus en dehors du livre que dans son contenu. Non pas que le contenu soit superflu, loin de là, mais l'intérêt de la littérature se situe aussi bien dans ce qui se passe entre lecteursque dans le texte lui même, qu'il s'agisse de... [Lire la suite]
Posté par adnihilo à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 octobre 2009

Des hommes

  Autre sélectionné pour le prix du livre extraordinaire, sélection française, Des hommes est un livre qui nous parle des blessures de la guerre. Blessures qui ne se referment pas et qui à tout moment, peuvent ressurgir.      A lire ce début on pourrait comparer Démon et Des hommes. On parle de la guerre, elle marque à vie. Mais la ressemblance s'arrête là. Démon est la démarche d'un fils qui ne l'a pas connu et qui cherche à comprendre la souffrance des abandonnés, une démarche de journaliste/homme pour qui le... [Lire la suite]

10 octobre 2009

Démon

   Mélangeant le récit autobiographique, le reportage, la réflexion historique, Thierry Hesse nous a produit un livre bouleversant et épique. Une mise en abîme des blessures et des oubliés de l'Histoire.    Trois jours m'ont suffit pour dévorer ce livre. Logiquement, il figure sur la liste du prix du livre extraordinaire.    Démon est le récit d'une expérience assez personnelle. Celle de pierre Rotko, journaliste, qui a perdu le contact avec son père Lev, exilé de l'URSS qu'il avait fuit la nuit de la... [Lire la suite]
25 septembre 2009

Il va pleuvoir, un jour

Les listes des prix sont tombées. Au moins celles des plus importants. Et rien que pour passer le temps, je vous livre en avant première mes pronostics rien qu'à moi, que complèteront sans doute vos pronostics à vous.Pour le Goncourt, je ne vois pas trop qui pourrait venir chatouiller Mauvignier (Des hommes, Minuit). Là, pas de suspense.Pour le Renaudot, en revanche, j'imagine plutôt le coup tordu, je verrais bien un oustider sortir de nulle part, comme Olivier Sebban (Le jour est votre nom, Seuil)Je suis dans l'expectative pour le... [Lire la suite]
23 septembre 2009

L.A... j'en ai le vertige

J'étais en Allemagne quand on m'a parlé de ce bouquin, à ce moment, il n'était pas encore publié en France. La personne qui m'en avais parlé a vécu un temps à Los Angeles et après lecture du roman, s'est trouvé toute étonné d'y avoir survécu... L.A.. La ville de la démesure. La ville du cinéma. La ville des gangs. La ville des espoirs. La ville du porno. La ville des paillette et du faux semblants. La ville la plus folle. La ville la plus dangereuse. La ville qui réalise tous les rêves. Pas forcément les vôtres.La ville la plus.... [Lire la suite]
20 septembre 2009

Mes illusions donnent sur la cour

Le premier bouquin qu'on m'a demandé le jour où je suis revenu de mes vacances bien méritées, c'était Mes illusions donnent sur la cour. Le deuxième, aussi. Vous comprendrez bien que ca a attisé ma curiosité. Sans aide informatique, je pense que je n'aurais jamais trouvé le bouquin, et soit dit entre nous, ca n'aurait pas été une perte.Mes illusions donnent sur la cour n'a pas besoin de pitch particulier. Sacha Sperling, l'auteur, probablement édité parce qu'il est le fils d'Alexandre Arcady et Diane Kurys, tout deux réalisateurs pas... [Lire la suite]