16 février 2014

La découverte du parallèle

Oui, mais c'est comme ca. Sans qu'on puisse vraiment trouver de raison particulière et fiable, le pauvre Adnihilo entre dans une ère graphique, pleine de BD, de vignettes, de scénarii plus ou moins crédible et finit par ne pas se considérer si pauvre que ca tant il ne soupçonnait que très peu les richesses pourtant pas si cachées de cette branche là, précise. Il ne s'agit pas de répulsion envers la si sacrée littérature, et Kisliakov, Blanc, Erckmann-Chatrian, Prévost et Moeri ne sont pas scandaleusement éclipsés pour autant, mais... [Lire la suite]

03 février 2014

Le bon équilibre entre tout

Espèce de petit branleur, on attend depuis l'Epiphanie que ramène des trucs supers, et tu nous laisses en plan !Ah mais oui, mais non, parce que là, je ne ramène pas de la daube, attention. Je sais bien que j'avais promis American Prophet, Souvenirs du futur, des russes, des latinos, et tout un tas de Choses, mais changeant ma feuille de route presque tout le temps, je me prends moi-même parfois à contrepied. Et après vous promettre Montherlant, un autre Carpenter, Lebedev en sachant qu'on verra ce qui se passera, je vous amène... [Lire la suite]
31 décembre 2013

Les richesses superposées

Oh, je vois très bien le tableau, l'ami. Toi qui vient souvent ici m'écouter débiter mes salamaleks, je te vois seul dans un TGV qui file vers Pétaouchnok où tu passeras le réveillon en fort bonne compagnie. Mais, tu es encore monté dans un train en oubliant de choper un bouquin dans ton salon et/ou au Relay de ta gare de départ. Et c'est con. Parce que, par exemple, tu gâches un excellent créneau disponible pour lire Don Carpenter. Souviens toi, c'est lui qui a livré La promo 49 et Sale temps pour les braves, mais des deux là... [Lire la suite]
28 octobre 2013

L'homme tapis

Après avoir fait l’éloge du Bel Otage et nous être attardés sur la belle surprise que représente la lecture de La Scierie (éditions Héros-Limite), nous retournons en Suisse et plus exactement chez Zoé, maison d’édition genevoise qu’une nouvelle génération de lecteurs découvre en ce moment mais qui fêtera bientôt ses 40 années d’existence. Le catalogue de cette maison contient quelques 750 titres, on y trouve des auteurs prestigieux tels que Nicolas Bouvier, Robert Walser et Agota Kristof pour ne citer qu’eux, ainsi que quelques voix... [Lire la suite]
20 octobre 2013

Le ton juste du bûcheron

Cet article marque le début d’une collaboration que j’espère longue et fructueuse à la Confrérie ; pourtant le temps n’est pas à la fête. En effet, l’info vient de tomber, le 17e classement annuel Livres Hebdo de l’édition française marque le renforcement de la concentration dans le monde de l’édition. Ce n’est pas une bonne nouvelle. Ce n’est pas une grande surprise non plus mais l’irrémédiable semble se produire et donner raison à André Schiffrin qui dès 1999 dans L’Edition sans éditeur nous expliquait le phénomène depuis son... [Lire la suite]
12 octobre 2013

Arnaud est né !

Ce coup-ci, je n'ai pas trouvé d'accroche particulière pour attirer votre oeil (et même vos yeux, parce que je suis ambitieux) sur ce post en particulier. Faute d'idée à la con, je vais donc me passer d'intro. Mais ce n'est pas très grave, dans le fond. Arnaud Viviant et sa Vie critique sont suffisamment riches pour rendre ma lacune sur l'intro purement anecdotique. "Mais alors, qu'est ce que c'est donc, ce texte dont tu vas nous parler ?"Il s'agit d'un récit petit en apparence mais bien plus dense en vérité, tant par la matière que... [Lire la suite]

10 octobre 2013

Du riche, du très riche

Et je choisis un titre sans doute un peu foireux, mais je m'en fous un peu en fait. On est pas là pour s'extasier là dessus, et on a autre chose à faire, quand même.Parce que oui, aujourd'hui, je me ramène avec un texte très riche. Très abouti, je veux dire. Même si je comprendrais votre hésitation quant à la plume (mais qu'est ce qui lui prend, à Adnihilo, c'est pas abouti du tout, cette écriture), je maintiens l'adjectif. C'est abouti.Un peu comme Il pleuvait des oiseaux et ses arbres nus et noirs, le choix du ton correspond... [Lire la suite]
02 octobre 2013

L'homme qui se baffait tout seul

Ouais. Bon. Je ne sais pas vraiment s'il faut que je m'astreigne à parler de tout ce que je lis (je suis même sur que non, et je ne l'ai jamais vraiment fait, soyons honnête), et par pure je-ne-sais-pas-quoi, je vais vous éviter une lecture. Parce que c'est très agacant, tout cas. Je sors d'un bouquin qui m'a mis en vacances le temps de la lecture -et Dieu sait que ce genre de texte ne court pas les rues- et comme un con, je me lance dans un Gallimard énervant à force de fadeur et de banalité. Alors oui, ca m'énerve un peu, mais je... [Lire la suite]
29 septembre 2013

Billet sur le fil

  Oui, les potos, ce coup-ci, je vous emmène avec moi pour tenir en équilibre sur un fil perché à quelques mètres de hauteur et y retrouver Daniel Morvan qui est, lui, déjà en équilibre dessus. Il nous y attend avec Lucia Antonia, son personage qui sautille sur le vide pendant que lui se débat avec et que nous le faisons bouger plus en montant dessus. Et pendant que vous crapahutez, je me perds dans mes pensées et me demande si j'ai bien aimé ce texte qui m'a fait vous emmener là haut. Elle est très déroutante, cette... [Lire la suite]
23 septembre 2013

Qui es-tu, Raphaël Meltz ?

"Adnihilo, mon grand" devriez-vous me dire "tu es comme l'Olympique Lyonnais, tu ne peux pas suivre le rythme que tu t'imposes". D'accord, j'aurais du livrer au moins une note dans la semaine, parce que bon, c'est l'automne, mais je m'en fous, je publie quand je veux. Mais oui, je devrais être plus souvent là, et puisque cette intro commence à trainer en longueur, je vous présente le bonhomme que je vous ramène aujourd'hui. Il s'appelle Raphaël Meltz, et sa bibliographie ne ressemble pas à grand chose. Un peu comme le rythme de... [Lire la suite]