22 août 2012

Bylines (2)

  En effet. Je me prends d'affection, voire d'admiration, pour ce folklore russe et ces mythes fondateurs. Et même, ce qu'Elli Kronauer qu'on appelle aussi Antoine Volodine (et vice versa), apporte à ces légendes et les alimente comme Chrétien de Troyes, Richard Wagner, Michel Rio ou Alexandre Astier ont alimenté la légende arthurienne.Pour arriver à Ilya Mouromets, parce qu'il est dans le titre ce n'est pas pour rien (transition de haute volée, dites donc), quittons Sadko à Novrogord et suivons Ilya de Mourom à Kiev. Ilya est... [Lire la suite]

19 juillet 2012

Le jour où tous sont arrivés

Il y a quelque chose de très frustrant, dans la littérature de l'est. On peut déjà remarquer une similitude avec la littérature russe et l'influence que peut avoir l'histoire récentr sur elle. Une fois que l'Europe à ouvert les rideaux, une génération feuillue d'auteurs à commencé à s'étirer et se mettre au boulot, commencant à écrire et à faire connaitre les chefs d'oeuvres de leurs littératures contemporaines qui se vendaient jusque là sous le manteau et par murmure à oreille. Et même si on trouve, parmi la nouvelle génération... [Lire la suite]
16 avril 2012

Servus Reginae

Ne m'appelle pas. De mon plein gré,J'irai au temple. Et, devant toi, sans dire un mot,Je m'inclinerai. Alors, j'écouterai tes paroles,Et j'attendrai,Timide, un rendez-vous furtif - EspereraiVaincu et faible, sous le jougDe tes passions,Parfois servant, parfois aimé,Toujours esclave.     Alexandre Blok, 1899"Le Monde Terrible", Gallimard, 2003
Posté par adnihilo à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 janvier 2012

Un petit verre, avec ca ?

Ouais, bon. Après, les cacahuètes du dernier article, un verre aujourd'hui. Ca complète l'apéro, mais je vais rester sur les amuses-gueule, hein. Et comme je ne peux pas lâcher comme ca ce genre de phrase, je vais l'expliquer. Pi en plis,je suis là pour ca. Pourtant, ca commence bien, dans le genre absurde. Et puis faut dire ce qui est, aussi, un auteur russe-soviétique qui verse tellement dans l'absurde qu'il en est publié sous samidzat, ca attire l'attention du lecteur.Ici, en l'occurrence, un pickpocket désoeuvré, ancien taulard... [Lire la suite]
01 décembre 2011

Le décafardiseur

C'est la que ce situe toute la difficulté. Non pas que je l'ai rien à dire sur Le décafardiseur, c'est même tout le contraire, il s'agit juste de trouver les mots pour vous attirer jusqu'à mon propos qui, vous verrez, sera passionnant. Mais là tout de suite, je pêche sur l'intro. Du coup, ne m'en veuillez pas, je vais commencer n'importe où. Parce que Le décafardiseur, c'est très particulier comme texte.On se retrouve dans la Russie du début du siècle et dans un univers qui n'existe pas, et avec un auteur qui a sorti les atmosphères... [Lire la suite]
17 octobre 2011

Le jour où est livré un post assez léger

Me voilà qui me la ramène aujourd'hui avec une confession honteuse: je viens avec rien.Pourtant, je m'étais dit que Limonov me plairait, malgré mes mauvaises expériences avec Emmanuel Carrère. Certes, j'étais prévenu: le monsieur n'écrit pas bien et s'aime beaucoup, mais d'un autre côté, c'est un bouquin sur Edouard Limonov, un personnage atypique et assez riche et qui, somme toute, est un prétexte fabuleux pour pouvoir brosser un portrait du paysage littéraire russe actuel (preuve en est: Zakhar Prilepine est un des personnage du... [Lire la suite]

06 octobre 2011

Zakhar est revenu

Zakhar est de retour, et hop ! Pour rappel, souvenons nous de San'kia. Voilà. Ce coup ci, après San'kia qui, je le redis, est une merveille, il nous revient avec des nouvelles, et évidemment, et comme tout recueil de nouvelles, c'est très inégal. D'un autre côté, comme on est tous des gens intelligents, on va essayer de passer outre ces irrégularité du rythme en se disant que, puisqu'il est inhérent à presque tous les recueils, notre attention devrait et va se focaliser sur le reste. En gros, on le mentionne et on passe. Zakhar... [Lire la suite]
27 août 2011

Je n'ai rien à faire là

Je ne sais pas vous, mais de mon côté, je trouve qu'il y a des moments, faut pas déconner. Pour vous expliquer cette accroche curieuse, je vais refaire avec vous un saut dans le temps. Nous sommes aujourd'hui le 11 août (oui, je sais, mais commencez pas) et en partant en vacances il y a dix jours, j'ai embarqué Dimitri Bortnikov avec moi (enfin, pas lui directement mais son bouquin, hein), choix qui me semblait judicieux après des critiques dithyrambiques entendues à propos du Syndrome de Fritz. Alors, me basant là dessus, j'ai lu... [Lire la suite]
22 janvier 2011

Le singe vient réclamer son crâne

C'est épais, velu et très bon. Voilà.Bon, d'accord, je développe, mais c'est bien parce que c'est vous. Il s'agit là d'un auteur russe, goulagué et assigné à résidence à plusieurs reprises mais qui toujours a écrit, et opposant ferme mais pas si vindicatif au régime du père Staline.Alors bon, comme ca, vous voyez sur une couverture Le singe vient réclamer son crâne, vous vous dites quoi ? En voilà un chef d'oeuvre de l'absurde, tiens ! Et bien non. En revanche, chef d'oeuvre oui, et virtuose, aussi (et c'est au détail très terre à... [Lire la suite]
04 mai 2010

Journée d'un opritchnik

C'est fou cette faculté que j'ai a me tourner vers les auteurs russes chaque fois que je pars en week end. Ce coup ci, je me suis penché sur la plume de Sorokine, qui n'est certes pas un manchot mais à qui on peu reproché d'avoir trop de stylos. Je confesse la nébulosité de ma précédente phrase et me presse de m'expliquer.Pour vous remettre dans le contexte, Journée d'un opritchnik met en scène la Russie dans trente ans. Le régime a changé, on se retrouve avec, comme pensionnaire du Kremlin, un chef d'état qui concentre les trois... [Lire la suite]