16 août 2013

Une idée qui vous plaira

Encore une fois, et pour être bien sur d'être le plus complet sur mes bonnes surprises de l'année passé au cours de laquelle j'ai été absent d'ici, je mets en avant un vieux truc bon lu il y a longtemps, par une soirée d'hiver mais réchauffé par les lumières chaleureuses d'un pub irlandais. Et c'est quoi ? C'est du russe. On est bien des années avant Vladimir Maïakovski, perdu dans le Saint-Pétersbourg du dix-neuvième et entre des personnages là aussi très riches. Les personnages principaux s'effacent même assez vites devant les... [Lire la suite]

01 décembre 2011

Le décafardiseur

C'est la que ce situe toute la difficulté. Non pas que je l'ai rien à dire sur Le décafardiseur, c'est même tout le contraire, il s'agit juste de trouver les mots pour vous attirer jusqu'à mon propos qui, vous verrez, sera passionnant. Mais là tout de suite, je pêche sur l'intro. Du coup, ne m'en veuillez pas, je vais commencer n'importe où. Parce que Le décafardiseur, c'est très particulier comme texte.On se retrouve dans la Russie du début du siècle et dans un univers qui n'existe pas, et avec un auteur qui a sorti les atmosphères... [Lire la suite]
23 août 2010

A propos du classique

<!-- /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} a:link, span.MsoHyperlink {color:blue; text-decoration:underline; text-underline:single;} a:visited, span.MsoHyperlinkFollowed {color:purple; text-decoration:underline; text-underline:single;} p {mso-margin-top-alt:auto; ... [Lire la suite]
19 octobre 2009

Le violon de Rotschild

En voilà une critique dont la rédaction s'annonce épineuse. Le violon de Rotschild, petit texte de Tchékhov, ne pèse que trente pages. Le but est d'en parler sans le parapgraser jusqu'à retranscrire le récit entier avec des mots différent.Pour planter le décor (mais le planter dans quoi ?), Iakov est vieux, il habite une petite isba depuis quarante ans avec sa femme, et fabrique des cercueils. Iakov compte plus les sous qu'il ne gagne pas que ceux qu'il gagne. Jusqu'au jour ou Marfia, madame Iakov s'éteint. Autant s'arrêter là, vous... [Lire la suite]
10 décembre 2008

Diderot a perdu sa robe de chambre

Diderot a perdu sa robe de chambre. A l'énoncé de cette phrase, n'importe quel lecteur s'exclamera vigoureusement: "Mais qu'est ce qui te prends, Adnihilo ? Tu lis de la littérature classique !"Oui, je sais... Il fallait bien que ca arrive un jour ou l'autre. D'un autre côté, un titre aussi surréaliste dans l'oeuvre d'un auteur aussi sérieux, ca attire forcément l'oeil, l'attention, et à plus long terme, on se laisse happer par le texte. D'autant plus qu'il est en effet nébuleux et surprenant. Diderot crie tout au... [Lire la suite]