05 décembre 2013

Votre feuille de route

Et puis, zut ! Pour rester poli. Après cette introduction grossière mais virtuose, laissez-moi vous bassiner avec Henri Calet. Oui, je sais bien qu'on est en décembre et que Noël approche, mais qu'on se le dise, je crois que je m'en tape un peu.Henri Calet n'est pas particulièrement représentatif des Fêtes de fin d'année, mais ce n'est pas rédhibitoire, et il est lisible hors saison de toutes facons.Il est ici question de Paris et des rapports qu'entretient/entretenait Calet avec la ville, son enfance, la vision qu'il en a adulte et... [Lire la suite]

10 novembre 2013

Peindre la mémoire

Deux phrases ne cessent de hanter mon esprit depuis quelque temps. La première « Y en a marre de la rentrée littéraire », d’une rare violence, m’a fait l’effet d’une vérité inavouable à cette période de l’année. L’autre, non moins philosophique est de William Shakespeare et à été utilisée par Claude Simon lors de son discours de Stockholm en 1985 : « Si le monde signifie quelque chose, c’est qu’il ne signifie rien ». Ces deux cris du cœur n’y sont donc pas pour rien dans mon choix de vous parler du dernier roman de... [Lire la suite]
26 octobre 2013

Vignettes

Un tout petit opscule, pour aujourd'hui. Ceci dit, qu'on se le dise, je en parlerais ni du contenu, ni de thème ou du traitement. Ce n'est pas parce qu'il n'y en a pas, mais il y a autre chose de plus intéressant. Il s'agit d'un anecdotique recueil de nouvelles, tout fin et pas vraiment chronophage, qui ne nécéssite pas vraiment d'investissement particulier à la lecture. Un ensemble de petits textes pas mal faits, qui transcrivent des pensées, impressions ou sentiments qu'on ne retrouve pas forcément dans beaucoup d'autres... [Lire la suite]
20 octobre 2013

Le ton juste du bûcheron

Cet article marque le début d’une collaboration que j’espère longue et fructueuse à la Confrérie ; pourtant le temps n’est pas à la fête. En effet, l’info vient de tomber, le 17e classement annuel Livres Hebdo de l’édition française marque le renforcement de la concentration dans le monde de l’édition. Ce n’est pas une bonne nouvelle. Ce n’est pas une grande surprise non plus mais l’irrémédiable semble se produire et donner raison à André Schiffrin qui dès 1999 dans L’Edition sans éditeur nous expliquait le phénomène depuis son... [Lire la suite]
08 septembre 2013

Il y en a un peu plus, je vous le mets ?

Puisque je tombe sur plein de notes compulsées dans un petit calepin qui vantent certaines parutions que je n'ai pas lues, et puisque mon diner cuit encore, je me pose deux secondes (bien que le calepin n'ai rien à voir avec le fait que je me pose, comme quoi, les phrases trop riches, hein ?). Et puisque ces dites notes ne serviront à rien si elles maturent vainement sans qu'on s'y intéresse, je vous les files. Et hop !Mais je vous préviens, c'est un peu brouillon, cette page de calepin, petits carreaux et notes vite griffonées à... [Lire la suite]
23 août 2013

Manger Beauvais

Petit encart, ce coup-ci, sur Fayard. Enfin, pas sur tout Fayard, on va déjà commencer par Marie-Odile Beauvais et plus encore sur Manger. Manger est une succession de textes assez singuliers sans lien apparents pour les relier malgré la présence de plusieurs personnages récurrents. On les suit à table avec plaisir et on les écoute parler les uns les autres, on assiste à leurs rencontres où à leurs anecdotes autour de la nourriture.Certes, le pitch n'est pas hyper glamour, mais dès qu'il s'agit de restituer des ambiances ou de... [Lire la suite]

05 août 2013

Vas-y et fais moi confiance

Attention, attention. A peine revenu en m'excusant d'être parti, je viens vers vous et fait appel à votre indulgence. Le livre qui suit est un grand, un très grand de l'année, et pourtant, j'ai un peu de mal à en parler. C'est mon métier, pourtant, et je sais très bien à quel lectorat Six photos noircies peut plaire et convaincre, mais inexplicablement, j'ai eu du mal à en parler.Allez, un bon coup de pied au cil, et je me fais violence. Imaginez une scène, pour commencer. On est en mars, ca devrait bourgeonner, mais allez savoir... [Lire la suite]
01 août 2012

Ce qui vient de l'horizon

Qu'on me pardonne on manque d'assiduité aux livres, ces derniers jours. Jeux Olympiques obligent, je déplore cette chronophagie dont je suis victime sans rien faire pour y remédier. Et puis bon, les escrimeurs francais s'étant tous fait plier les uns après les autres, je reviens logiquement à mes premières amours. Donc, Tuez-moi. Pour de faux, hein, mais Tuez-moi. Il s'agit là d'un opus qui ne ressemble en rien à son apparence. On s'imagine un texte court, vite ingéré et presqu'aussitôt oublié, mais on s'apercoit finalement assez... [Lire la suite]
12 juillet 2012

Prépare toi à tout, et trouve autre chose

Une ancienne amie me disait un jour qu'elle avait pris, bien malgré elle, un de mes tics de langage. Je ne m'en étais jusque là pas apercu, mais régulièrement, après un flop, un bide, quelque chose que je raconte ou entends mais qui s'avère totalement inintéressant ou n'importe quoi du même acabit, je clos par "Voilà voilà". J'aurais aussi pu ponctuer cette intro par cette habitude si l'anecdote ne tendait ici vers rien. Pourtant, si l'intérêt ne m'apparait pas évident, il me faut vous confier que c'est la première fois que je... [Lire la suite]
08 juillet 2012

Mots mêlés

Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est dommage. Comme un but à la dernière minute, ou une pile de bouquins livrée après la dédicace de l'auteur. Ou un plat dans lequel il manque un ingrédient. Rien d'insupportable, mais on est passé si près du but qu'on sort un peu amer des péripéties. C'est dommage, parce que l'histoire que relate le texte de Pierre-Louis Basse est exceptionnelle. Le Dynamo Kiev imbattable dissout puis reformé par l'occupant allemand pour être battu par une équipe de SS et qui finit par la battre non par chance... [Lire la suite]