02 septembre 2010

Beau rivage

Non plus. Soyez indulgents, chers amis, lorsque vous verrez la taille de ce post qui, selon toute vraisemblance, sera vachement plus courts que les autres. Mais qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?D'abord, Beau rivage, c'est plat. Il ne se passe rien, le roman prend place dans un hôtel, en septembre, et il est quasi vide. Restent juste deux couples: l'homme de l'un termine une thèse au calme, la femme de l'autre s'emmerde quand son mari, en voyage d'affaires, est en ville. Ca, c'est le cadre. Encore une fois, excusez mon... [Lire la suite]

10 mars 2010

Côté Jardin, côté Cour ?

Je vais tâcher de me remettre à la littérature. Dés que je le choppe d'occasion, je lirais, sans faillir j'espère bien " L'entrée des fantômes " de Jean-Jacques Schuhl. J'en ai lu de bonnes critiques et l'histoire me semble intéressante. J'en sais pas davantage mais j'en dirais plus sitôt le livre entre mes mains et sous mes yeux.
26 juin 2009

Microfictions

Comme on pouvait s'y attendre, Microfictions n'échappe pas à la règle stricte des recueils de nouvelles. En gros, c'est assez irrégulier.Distinguons tout de même deux catégories de recueil. Prenons par exemple Corinna Bille, nouvelliste suisse, dont on sent à la lecture le caractère et l'ambiance singulière de ses histoires ou anecdotes. Régis Jauffret, lui, a livre il  ya quelques années maintenant un paveton d'à peu près mille pages et contenant autant de nouvelles, d'une page chacune. Evidemment, certains thèmes... [Lire la suite]
21 avril 2009

Le dieu des animaux

Profitez en, ca n'arrive pas tous les jours. Pour une fois, Adnihilo n'a ni aimé, ni vomi une de ses lectures, mais cherche entre les deux son avis final, qui se rapproche plus du ventre de la moyenne que des sommets (même plus bas que le ventre de la moyenne). Il s'agit d'un bouquin d'Aryn Kyle, "Le dieu des animaux".Pour pitcher rapidement, le bouquin met en scène une ado dans un ranch étrange et une famille disloquée. Papa se tue à la tâche et fait tout, Maman est alitée (la faute à une maladie, probablement) depuis une... [Lire la suite]
07 février 2009

Kenya

Alors, Audeguy, c'est bien écrit. On regrettera quand même quelques phrases un peu longues et au milieu desquelles on accueillerait volontiers un point qui ne vient pas. Pour être tout à fait honnête, on peit comparer une phrase d'Audeguy a un jogging. Au début, tu as tes sensations, tu es bien dans ton truc, et à un moment donné que ton organisme décrète selon de savants calculs (probablement), une cuve d'acide lactique se déverse dans tes jambes. Tes muscles se rigidifient et t'obligent à t'arrêter (si, si, mon prof de sport me... [Lire la suite]
10 novembre 2008

Au fait

Dans ma précipitation permanente, j'ai oublié de vous signaler le Prix de Flore, qui renvient à Tristan Garcia, et le Médicis à Jean Marie Blas de Roblès, qui a un nom plutôt long. Voilà.
08 novembre 2008

Y'en re'na

Achat de nouveaux livres. Des néons sous la mer et les bienveillantes en format poche. Premier livre fini à peine une journée après l'achat et le commencement de la lecture.Verdict ; Jamais lu un livre pareil ! autant l'excitation de la découverte de Calaferte pour Septentrion me semblait unique, autant j'ai mangé ce livre en un temps record malghré mes obligations salariales ( en ce moment je fabrique de la merde pour des trous du cul )Conseillé par Ravhin, qui m'en parlé lors d'une soirée un peu courte. A juste titre... [Lire la suite]
01 novembre 2008

Le titre de cet article est une moue assez peu expressive

Je me gratte la tête en regardant mollement la couverture. Je suis en train de lire "Entre les murs", de Francois Bégaudeau. Chez Verticales. Celui là même que Cantet a adapté au cinéma pour chourer la Palme d'Or à Cannes. Et bien tenez vous bien, c'est chiant. Je reconnais volontiers quelle, malgré une plume bancale, n'est littérairement pas dénué de tout intérêt, la construction du récit est même assez originale et peu banale pour passer inapercue. On sent aussi que Bégaudeau sait de quoi il parle, "Entre les... [Lire la suite]
01 novembre 2008

Les matins

<< Raah putain de réveil ! >>Il y a quelques semaines je me demandais comment j’avais pu faire un trou, enfin plutôt un impact dans le mur de la chambre, ça paraissait incongru, je n‘avais pas fait ni travaux ni duel de chevalerie. J’ai eu ma réponse quelques jours plus tard en achetant mon troisième réveil matin. Évident !A ce stade de la journée il convient de faire une pause, il est sept heures et quarante six minutes précise. Chers malheureux du lundi matin, il ne faut jamais et j’insiste se laisser glisser de son lit... [Lire la suite]