05 avril 2015

Le problème du tout

De temps en temps, le problème de l'âge ressurgit. J'attaque fort avec une phrase imbitable, c'est comme ca. Je ne sais pas si on se connaissait à l'époque, mais le problème d'âge et/ou de maturité littéraire s'était déjà posé à l'âge imberbe et l'époque de mon premier contact avec Ivo Andric, qui n'en est pourtant pas la moitié d'un. Il y a des textes avec lesquels on se rend compte que ca ne passe pas. Le flair détecte le texte haut de gamme, la belle plume, la densité des personnages, de l'intrigue, de la construction, l'audace... [Lire la suite]

05 décembre 2013

Votre feuille de route

Et puis, zut ! Pour rester poli. Après cette introduction grossière mais virtuose, laissez-moi vous bassiner avec Henri Calet. Oui, je sais bien qu'on est en décembre et que Noël approche, mais qu'on se le dise, je crois que je m'en tape un peu.Henri Calet n'est pas particulièrement représentatif des Fêtes de fin d'année, mais ce n'est pas rédhibitoire, et il est lisible hors saison de toutes facons.Il est ici question de Paris et des rapports qu'entretient/entretenait Calet avec la ville, son enfance, la vision qu'il en a adulte et... [Lire la suite]
13 avril 2009

L'expérimentation d'Henri Calet

Ca va faire bondir le Comte. Tant pis.Une fois qu'Henri Calet a terminé de publier des romans dont il est le sujet (ce n'est pas un reproche, un reproche serait mal venu de ma part tant le livre par lequel j'ai commencé son oeuvre ne parle pas de lui), Henri Calet a écrit sur les autres. Publié dans divers magazines, il a d'abord réalisé plusieurs enquêtes dans lesquelles il rencontrait des gens englués dans la précarité et décrit ces rencontres avec humour, puis a écrit selon le même procédé de rencontres sur les quartiers dorés et... [Lire la suite]
16 mars 2009

La vengeance de la pelouse

Qui n'a pas lu Brautigan se doit de le lire. La vengeance de la pelouse en premier lieu, dans laquelle il expose pêle mêle de courtes histoires probablement vécues, et transcrites dans un style très dépouillé, juste assez pour se laisser le soin de replacer une ligne totalement absurde. Prenons pas exemple la description d'une roulote crade sous un ciel gris dans laquelle se confine un bucheron illéttré et retraité ayant pour seul compagnon une créature mi-chien mi-chat honorant les visiteurs d'un "miaouf".Je reconnais ne... [Lire la suite]