10 mars 2009

Le coeur à genoux

Prenons un adolescent. Ou plutot un jeune adulte. La vingtaine, à peine. Attifons le d'un jean à la mode, d'une veste chère et d'une chemise à rayures discrètes (rouges, disons). Coiffons le en mettent sur le côté sa mèche blonde et laissons lui une barbe de trois jours pour qu'il s'imagine ne pas se raser pas tous les jours même s'il taille son duvet de trois jours pour que ca ait l'air négligé. Nous avons donc un parfait jeune minet aseptisé du seizième arrondissement de Paris. Appelons le Aymeric. Et mettons le au féminin. Nous... [Lire la suite]