11 janvier 2011

Lire ? Arrête !

Pas plus tard qu'hier (dis-je en sachant pertinemment que j'ai pondu ce post il y a plus de deux ans, en fait), chers amis, je me suis autorisé une folie. C'était à deux euros, posé tout à côté du bureau de Béatrice, alors dans le doute.Un petit bouquin à deux euros, ce genre de bouquin dont on se rend compte après lecture que l'éditeur a du fixer le prix en le lisant. La couverture était déjà peu engageante, certes, mais on pouvait y voir avec un peu de chance, un livre un peu déjanté où un auteur, un vrai, bien placé pour,... [Lire la suite]

13 décembre 2010

Pierre Desproges est vivant !

Ils sont plein à être morts. Peyo est mort. Davey Boy Smith est mort. Jocelyn Quivrin est mort. Emmanuel Bove est mort. Heath Ledger est mort. Scott Fitzgerald est mort. Pierre Desproges, non.Pourtant, le recueil d'éloges funèbre constitué par le respectable professeur Rollin et paru pour l'année où on célébrait Desproges en général sous prétexte qu'on l'a mis entre six planches est la preuve irréfutable qu'un sacré paquet de gens le pensent et répandent l'idée à la vitesse vertigineuse qui serait nécessaire à Ravhin l'Afghan... [Lire la suite]
20 octobre 2010

Adieu Fombonne

Aujourd'hui, Adnihilo parle de qui ? Emmanuel Bove. Encore. Et en plus, il le martèle avec l'air le plus sérieux du monde: il faut lire Emmanuel Bove. Alors que jusque là, je reconnais que je vouais un culte à Montherlant, et ben vous savez quoi ? dans son genre à lui, Bove est aussi excellent que Montherlant, et a en plus un trait de caractère (posthume) qui rend ses textes accorde à ses texte encore plus de charme.Avant la guerre, Emmanuel Bove était un auteur majeur en France, et comme quelques uns, la guerre l'a épargné lui mais... [Lire la suite]
13 octobre 2010

Téléscopages

"Tu verras, c'est angoissant" m'avait-on prévenu avant que je ne me lance dans la lecture de Téléscopages. Pourtant, et même si je comprends le point de vue, je n'ai rien trouvé de particulièrement stressant. C'est la structure du texte et le contenu ainsi articulé qui avait motivé ce point de vue.Parce qu'il faut bien dire que la construction du récit de Fabienne Yvert, celle là même qui expose en ce moment à la Halle Saint-Pierre, est singulière et à ma connaissance (faible, mais connaissance quand même, non mais ho !)... [Lire la suite]
09 octobre 2010

Aftalion Alexandre

Partons du postulat de base assez simple que Bove, c'est toujours bien et utilisons cette pensée comme credo. Maintenant que vous devinez allègrement ce qui m'a poussé à voir ce qu'il y a en dessous de cette couverture, parlons du bouquin en lui même.Comme Les fourmis de la gare de Berne, il est tout fin, et si le premier vous meublera un trajet vers votre lieu de travail, Aftalion Alexandre vous aidera a passer le retour.Il s'agit là d'un homme de l'est, dans les années vingt ou trente, à tendance nomade et qui se retrouve à devenir... [Lire la suite]
27 septembre 2010

Nagasaki

Force est de constater qu'en effet, j'ai oublié de vous parler de Nagasaki.Il s'agit pourtant d'un bouquin suffisamment déroutant pour qu'il soit digne d'être relevé parmi la platrée de nouveaux romans plus ou moins bons qui sortent sous prétexte qu'on est en septembre. L'action se déroule, et c'est une révélation, à Nagasaki et est tiré d'un fait divers qui a marqué Eric Faye il y a deux ou trois ans, à la lecture d'un article repris par un média qui l'avait repris d'un autre qui le tenait d'un autre qui en avait pris connaissance... [Lire la suite]

24 septembre 2010

Parle leur de batailles, de rois, et d'éléphants

"Je le lui ai acheté parce que j'ai trouvé le titre vachement beau" m'a dit ma belle soeur en parlant du bouquin de Mathias Enard (le pronom lui représentant mon frère).Pour ce qui est du titre, force est de constater qu'elle a raison, et Mathias Enard peur remercier Paul Valéry de lui avoir refilé un de ses vers. Pour ce qui est du contenu, je ne sais pas très bien pourquoi je suis réservé mais je le suis quand même.A vrai dire, l'impression que donne le bouquin et qui reste après réside dans la facon même dont Mathias... [Lire la suite]
09 septembre 2010

Onze rêves de suie

En voilà, un bouquin déroutant. Déjà, avant même de l'ouvrir, avant même de l'acheter ou de l'avoir en main, un premier détail interpelle (je me permets au passage de me projeter dans l'avenir, nous sommes le 9 septembre aujourd'hui, mais ces lignes sur lesquelles votre auguste regard s'est porté datent de facilement quinze jours plus tôt. Je veux dire par là que lorsque vous êtes le 9 septembre, je suis moi le 19 août) Manuela Draeger, l'auteur du bouquin, ne s'appelle pas Manuela Draeger, elle s'appelle Antoine Volodine et ne se... [Lire la suite]
02 septembre 2010

Beau rivage

Non plus. Soyez indulgents, chers amis, lorsque vous verrez la taille de ce post qui, selon toute vraisemblance, sera vachement plus courts que les autres. Mais qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?D'abord, Beau rivage, c'est plat. Il ne se passe rien, le roman prend place dans un hôtel, en septembre, et il est quasi vide. Restent juste deux couples: l'homme de l'un termine une thèse au calme, la femme de l'autre s'emmerde quand son mari, en voyage d'affaires, est en ville. Ca, c'est le cadre. Encore une fois, excusez mon... [Lire la suite]
26 août 2010

L'Italie si j'y suis

Pour remettre dans le contexte, un papa emmène son fils en Italie, décide le voyage sur un coup de tête et sans préparation aucune. La mère, quant à elle, s'est barré un peu avant le début du bouquin, ce qui laisse le texte commencer directement pas un flash back auquel s'entremêle une scène où le père regarde par la fenêtre en ressassant la rupture. Visuellement, c'est riche, et éventuellement, ca pourrait laisser une belle scène au cinéma si un bon réalisateur passait par là.Pour autant, le reste du bouquin est d'une qualité assez... [Lire la suite]