Oui, un foutriquet. Et je n'ai pas peur de le dire. Je me ramène, il y a de cela quelques semaines en vous disant "Attention, j'arrive avec American Prophet ou Les choses" et je reviens finalement vers vous avec du dessin. C'est un scandale, mais j'ai de bonnes excuses. Alors bon, en attendant un texte plus consistant (et un post plus consistant, aussi), je vous paye un verre avec Daniel Pennac.

ecrire-pennac

Vous savez, Pennac. Celui qu'on aime bien mais qu'on a pas lu depuis quelques temps et qui jouit d'un capital sympathie évident. Et même si la plupart d'entre nous se limitent à la série Malaussène et ont donné Kamo à leurs enfants/neveux-nièces/filleul(e)(s) parce Pennac, c'est quand même fondateur quand on est plus jeune, Ecrire est une curiosité quand on a quelques années de plus dans la bezace.
Le volume est un petit album chétif sans aucun mot, constitué uniquement de planches concernant l'écriture et mettant en scène un beau stylo plume personnifié (ca y est, je vous ai fait peur...). Pennac explore ici non la lecture comme il l'a fait dans plusieurs de ses textes mais l'écriture. Et le petit filou le fait sans aucun mot.
On y trouve un peu tous les emplois et fonctions de la plume replacés dans un univers entre le réalisme et l'onirisme. Point de fantasmagorie comme celle des rêves qui doivent peupler les nuits d'auteurs pourvus de leurs saveurs particulières comme Jodorowsky ou Vila-Matas, mais celle un peu plus raisonnable (et c'est justement ce raisonnable qui donne la saveur à l'album) de Pennac et de son Bonheur des ogres.
Je vous l'accorde, le dessin n'égale pas la BD bien faite, bien ficelée ou bien dense, mais Ecrire n'a pas la prétention de marcher sur les plates bandes de cette branche là. Il s'agit juste de sentiments fugaces à propos de l'écriture exprimés par un autre biais que ce sujet qu'il traite ici.

Néanmoins, il faut être sensible à l'univers et à la vision de Pennac pour apprécier cet album. Je gage volontiers mon chapeau et ma pipe que celui qu'il a déjà Daniel a la bonne savourera Ecrire bien mieux que celui n'en a jamais lu.

images