30 septembre 2012

L'horizon blanc

Il va bien falloir se remttre au boulot un jour où l'autre, parce que ce n'est pas le tout de dévorer les bouquins, mais il faut aussi voir ce qu'on fait des lectures. Alors merci à vous de me souhaiter rebienvenue chez moi avec autant de chaleur et d'enthousiasme que vous venez tous de le faire, vous m'en voyez très touché. Et puisque moi aussi je vous aime bien, je m'en vais vous parler d'un bon texte. Il tient la route, il est bien écrit et le choix du style colle parfaitement à l'ambiance que ce genre de récit devait avoir.... [Lire la suite]

13 septembre 2012

Bylines (3)

Sans doute vais-je me répéter dans ce post, et fera-t-il écho aux deux précédents. Après Ilya Mouromets et Sadko de Novrogod, Soukmane Soukmanovitch. Il est seul mentionné sur la couverture, mais on a trois nouvelles dans lesquelles on trouvera aussi Dobrynia Nikititch et une brève apparition d'Igor Sviatogor dans une byline consacrée à Ilya Mouromets. Il est très riche, le personnage de Soukmane Soukmanovitch, ce guerrier aussi valeureux que n'importe quel autre aventurier de l'entourage du Prince Vladimir, mais qui passe pour... [Lire la suite]
10 septembre 2012

Le malabar chétif

Un Zulma. Parce qu'un Zulma, même si on aime par forcément, on trouve toujours quelque chose pour finir émerveillé de ce qu'on a lu. Et puis, sans faire encore l'éloge de Pearson qu'on loue ici a chaque lecture du catalogue de Zulma, il se dégage de la couverture, toujours, ce petit quelque chose qui donne du cachet au bouquin. La couverture sert le texte avant même de savoir à quoi il ressemble. Parce que Zulma, ca sert la littérature. En l'occurrence, Les immortelles. Je suis totalement infoutu de savoir si j'ai aimé le texte, mais... [Lire la suite]
07 septembre 2012

Déliquescence de quoi ?

  On retrouve toujours le même type de texte, non pas dans le contenu, mais dans la qualité (ou les) et dans les attentes qu'on place en eux. On a ceux qu'on attend, ceux qui nous rebutent et ceux dont on se fout; ceux qui s'avèrent bons, le fades et les daubes; les bien écrits sans intrigues ou les histoires géniales mais écrites avec les pieds; l'alliage thème+traitement+plume+ personnages+construction+dialogues; la présence de l'audace ou son absence qui laisse un bon nombre de pages vides et fades; le travail éditorial... [Lire la suite]
04 septembre 2012

Où il faut se laisser aller

Le moins qu'on puisse dire, c'est que les textes en question sont dépaysants. Ou alors, c'est qu'on connait déjà l'Iran, évidemment, mais gageons que beaucoup de lecteurs parviendront à s'évader avec ces nouvelles. Des petits nouvelles, donc, qui décrivent calmement et poétiquement quelques scènes de la vien en Iran. On n'ira pas chercher des intrigues particulières ni des constructions recherchées, il s'agit de ce genre de textes calmes où il suffit au lecteur de se laisser porter par le rythme et les personnages pour se détendre et... [Lire la suite]
01 septembre 2012

Où l'on découvre que décidément, elle a l'art de la joie

On va commencer l'année en bafouant le principe du On-garde-le-meilleur-pour-la-fin, et on va directement entamer la rentrée littéraire par le top du top. Attention, attention, je vais vanter un bouquin que je pose déjà comme le meilleur de la rentrée, mais je confesse aussi que les lignes que vous lisez ici avec une déléctation certaine datent de juin et que c'est là la première nouveauté de la rentrée que j'ai lu. Popurtant, n'y voyez aucun foutage de gueule, pour détrôner Goliarda Sapienza de ce piedéstal où je la place, faudra... [Lire la suite]