swap

Aujourd'hui, c'est un peu particulier.
D'abord, le bouquin est anglais (déjà) et même la bas, il pourrait faire figure d'ovni. Je veux dire par là qu'en France, on a pas d'équivalent et que l'idée qu'aurait une hurluberlu de s'y lancer semblerait assez singulière, même si elle est bonne.

 

Rappelez vous, dans votre jeunesse, des albums Panini, de la collection des portraits de joueurs. Eh ben là, Rob Jovanovic, natif de Nottingham s'est lancé dans un bouquin retracant l'histoire du foot anglais par ca. Pour exemple, la dernière vignette du bouquin c'est Cristiano Ronaldo, et elle nous laisse loin de la première, celle de Jack Cox, de Liverpool (qui a débuté dans ce club en 1897 et y a marqué 81 buts en 360 matches). La stat entre parenthèse n'est pas dans le bouquin, qui se cantonne plus aux vignettes et aux survols des saisons plutôt que sur des stats plus pointues.

 

Pour les connaisseurs qui auraient été interpellés par le paragraphe précédent, laissez moi vous mettre encore plus l'eau à la bouche. Imaginez côte à côte Brian Clough joueur dans les années 1950 à Middlesborough et entraineur trente ans plus tard à Nottingham Forest. Ou bien des images de Billy Bremner jeune, de Stanley Matthews à trente ans, des débuts de Paul Gascoigne ou de Fernando Hierro, du père de Frank Lampard (qui s'appelait aussi Frank et qui jouait sur le flanc gauche de West Ham pendant quinze ans), de Peter Osgood de Chelsea, de Martin O'Neill ou Terry Venables à l'époque où ils s'illustraient sur le terrain, de Ian Bowyer ou Terry Hennessey dont je n'ai pas pu trouver s'ils sont les pères de Lee et Wayne qui jouent en ce moment, de Denis Law aux cheveux poivre et sel, et le collector: de Alex Ferguson, pas encore anobli, jeune entraineur d'Aberdeen au début des années 1980 quand l'équipe en question faisait des étincelles et qui sur son image de prénomme Alec.
Et repensons aux belles époques des Queen's Park Rangers, de Luton Town, de Carlisle United, Stoke City, Nottingham Forest, et j'en passe !

 

Au début, on peut se dire que bon, c'est juste pour feuilleter, que c'est bon pour les toilettes quand ca bouchonne au portillon, ca y fait passer le temps.
Et en fait, quand on s'y plonge et qu'on a des atomes crochus avec le foot et l'anglais plus particulièrement, on ne le quitte pas, même en sortant des toilettes. Et tout le monde y trouve son compte. Si vous avez suivi le foot anglais quelque part entre 1950 et 1980, même par accoups, même sporadiquement, vous y trouverez votre compte, entre Don Revie (joueur de Sunderland et grand entraineur du Leeds de la fin des années 1960 quand ils étaient imbattables, avant que Derby County ne se pointe et ne gagne les seules lignes de son palmarès) jusqu'à Matt Le Tissier, le grand dégingandée de Southampton dans les années 1990 en passant par, oui Madame, David Seaman, jeune gardien de 19 ans qui joue à Birmingham.

 

Et en dehors de considérations sportives, on peut même s'apercevoir de l'évolution des coiffures et des moustaches et du look en général au cours du vingtième siècle.