30 mai 2010

Polismördaren

  Rivages a eu le bon goût de ressortir depuis 2008 toute la série des Sjöwall et Wahlöö. Auparavant Chez 10/18 qui les avaient publiés de 1985 à 2004 (soit quand même presque 10 ans après leurs publications en suède) ils étaient tous en rupture de stock.Et bien pour cette nouvelle publication on peut dire que Rivages a fait un bon boulot, parce qu'on peut dire ce que l'on veut, mais la qualité et l'aspect d'un livre est tout aussi important que son contenu. De quoi raviver les fans des polars nordiques, mais aussi tenter les... [Lire la suite]

29 mai 2010

La ville absente

Cette fois ci, je dois confesser que j'ai longtemps hésité à coller ce post dans la catégorie littérature espagnole, genre dix secondes. Et puis je me suis dit qu'en enlevant tout ce que le texte avait d'argentin, forcément, le texte n'avait plus aucun intérêt.Ne comptez pas sur moi pour pitcher La ville absente, je ne le ferai pas. Non pas parce que ca me fait chier, mais parce que, malgré son épaisseur qui ne le laisse pas présager, le récit est tentaculaire.Le personnage principal est aussi nébuleux que le récit et est pourtant... [Lire la suite]
27 mai 2010

World Catch Mania

Tout bon fan de catch se doit de jeter un coup d'oeil à cette BD. A regarder la couverture, on y voit caricaturés les lutteurs qui officient à la WCM, parodie de la grande fédération mondiale bien connue.Concernant l'aspect parodique de la chose, on se doit aussi, après la lecture, d'avoir espéré plus de finesse de la part du scénariste. On devine certes aisément les vrais lutteurs qui se cachent derrière les noms de Batistor, Triple Smash, Leundeurtakeur ou Andy Norton entre autres, on reconnait la construction du show, on reconnait... [Lire la suite]
Posté par adnihilo à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
20 mai 2010

L'année du mistouflon

Effectivement, la lecture de L'année du mistouflon ne requiert pas dix jours entiers. C'est juste que je suis en retard.Pour vous éclairer sur ce choix de lecture, parce que je reconnais tout à fait son aspect nébuleux, il faut remonter loin dans le temps, lorsque je m'illustrais mollement sur les bancs du primaire. Si mes souvenirs sont exacts, il s'agit de mon année de CE2 et de madame Noël qui nous avait demandé, chapitre par chapitre, de lire le bouquin. Je me souviens qu'à l'époque, les chapitres m'avaient paru certes jouissifs... [Lire la suite]
11 mai 2010

L'écorcobaliseur

Soyons honnêtes deux secondes. J'ai recu L'écorcobaliseur en service de presse et je dois vous avouer que je ne serais pas allé naturellement vers ce texte.Pour parler du texte lui même, reconnaissons que tout ca, c'est bien dommage. Pourtant, le thème en lui même n'étais pas si malfoutu. Imaginez une famille au passé agité mais qui a su trouver un peu de stabilité, avec un personnage qui ne doit sa santé mentale, voir même santé tout court, à celle de son frère et de sa soeur. Jusqu'au jour où il déambule normalement, sur le port, en... [Lire la suite]
08 mai 2010

Treize mauvais quarts d'heure

Non pas que je sois familier ou que j'approuve ca, mais ce que tout prof de français banal met dans la tête de ses élèves au lycée concerne les études de textes et oblige tout à chacun à expliquer le titre de tout texte étudié. Rien que pour ces profs (pas tout ceux que j'ai eu mais quand même un ou deux), je me lance: Treize mauvais quarts d'heure parce qu'on a treize nouvelles qui se lisent en un quart d'heure. Voilà.L'emploi de l'épithète mauvais est lui le témoin parfait de l'esprit de Sanchez Pinol et de ses nouvelles. Voilà... [Lire la suite]
04 mai 2010

Journée d'un opritchnik

C'est fou cette faculté que j'ai a me tourner vers les auteurs russes chaque fois que je pars en week end. Ce coup ci, je me suis penché sur la plume de Sorokine, qui n'est certes pas un manchot mais à qui on peu reproché d'avoir trop de stylos. Je confesse la nébulosité de ma précédente phrase et me presse de m'expliquer.Pour vous remettre dans le contexte, Journée d'un opritchnik met en scène la Russie dans trente ans. Le régime a changé, on se retrouve avec, comme pensionnaire du Kremlin, un chef d'état qui concentre les trois... [Lire la suite]
01 mai 2010

Le trône d'argile

Après m'être posé la question, je me suis posé la réponse. Je ne continuerais pas cette série (même s'il ne faut jamais dire jamais, mais ne commencez pas, voulez vous).Pour pitcher rapidement, nous sommes en France, au XVe siècle. Le roi Charles est fou, les Bourguignons et Armagnacs foutent le pays en bordel jusqu'à la guerre civile et les Anglais sont aux portes de Rouen. Mais, un sémillant courtisan du roi, visiblement ministre ou conseiller ou quelque chose va prendre l'épée, se démerder pour sauver le dauphin que les... [Lire la suite]