Joyeuses_apocalypsesBragelonne a eu la bonne idée de réunir quelques romans et nouvelles d'un auteur français que l'on avait totalement oublié. Jacques Spitz (1896-1963). Joyeuses apocalypses réunit trois romans: La guerre des mouches (1935), l'homme élastique (1938) et la guerre mondiale numéro 3, jamais publié, du moin en france. Les six nouvelles, assez courtes (normal me direz vous, c'est des nouvelles) complètent ce très bon livre.

Dans joyeuses apocalypses, n'espérez pas voir de happy end. Ca finit mal et même très mal. Très cynique et pessimiste, on dit de Jacques Spitz qu'il est influencé par le surréalisme et par H.G.wells.

Pas d'espoir donc pour l'humanité, mais une écriture très agréable! Dans sa postface Joseph Altairac parle d'écriture précise et élégante penchant pour la dérision et capable de faire surgir des images très fortes. Je suis totalement d'accord. J'ai lu la guerre des mouches en une journée, idem pour l'homme élastique, captivé par ces récits apocalyptiques. Imaginez! Nous sommes dans les années 30 et subitement les mouches déclarent la guerre à l'humanité! Superbe tableau satirique et très drôle de notre société et de la science (On y voit des mouches se fabriquer des manteaux en laines pour allez conquérir les pays européen et du nord. Vous vous rappellerez vos cours d'SVT du lycée et les découvertes sur les gènes par l'étude des mouches drosophiles). Le jeune scientifique Jules-Évariste Magne nous décrit cette lutte vouée à l'échec.

Les autres récits sont dans le même genre. L'homme élastique est également une véritable satire de la Science et de la société. Le docteur Flohr réussi l'exploi de compresser l'atome. Au départ une découverte servant les militaires, elle devient rapidement accessible au grand publique. Si au début tout se passe bien, c'est pour mieux dégringoler ensuite, c'est le véritable chaos et écroulement de la société! Très pessimiste mais très drôle, les scènes décrites frisent le ridicule ou la parodie et c'est un régale!

La guerre mondiale numéro 3, toujours pessimiste et satirique, raconte le conflit américano-russe. récit d'une course à l'armement de plus en plus fou. Là encore l'exagération sert la critique de l'auteur.

Vision très noir de l'humanité, de son avenir, de la science comme étant capable de résoudre tous les problèmes...mais très drôle aussi! D'autant plus que l'on se projette dans les années 30 avec un chauvinisme français très caricaturale face au teuton voisin, il y a une scène très drôle à ce sujet dans la guerre des mouches mais je ne vous en dit pas plus... Un pessimisme beaucoup comparé dans la postface à H.G Wells.

Bonne lecture!

Ravhin/l'Afghan.