fondation  Comme promis, retour à la Sf. Le cycle de fondation était l'UN des grands classiques que je n'avais pas encore lu (les meilleurs étant pour moi Dune de Frank Herbert et Hypérion de Dan Simmons). Mais revenons à Asimov.
C'est ici une toute nouvelle édition (2009) revue et augmentée de ce livre parut en 1951. Une note de l'éditeur précise qu'il manquait auparavant l'équivalent de 36 pages...

Mais Fondation c'est quoi? A part avoir obtenue la récompense du prix Hugo pour la meilleur série de Sf de tous les temps (ce qui se discute un peu, mais il y a un contexte) Fondation est un magnifique Space Opéra. L'empire galactique, en pleine puissance, s'étend sur des millions de mondes habités, mais un homme, Hari Seldon, Psychohistorien, prévoit son effondrement dans trois siècles. C'est là le fil conducteur de tout le roman. Mais un peu d'explications s'imposent.

   Qu'est ce que la psychohistoire? C'est un mélange  de sciences mathématiques, de psychologie, de sociologie des masses et de quelques autres sciences. La psychohistoire est une Science (une vraie j'entend, calculable et reproductible à l'infini) qui permet de prévoir dans les grandes lignes le cour de l'Histoire (avec un grand H). L'histoire expliqué par les math, par les sciences. Les grands courants née au 19ième et 20ième siècles retrouvent leurs influences ici. Isaac Asimov a une bonne culture Scientifique.
  Bref, Hari Seldon prévoit l'effondrement de l'empire, mais il ne s'arrête pas là. Après cet effondrement suivra une période de chaos et d'anarchie pendant plus de 30 000 ans avant la naissance d'un nouvel empire sauf si... Sauf si dans des conditions précises en certains lieu précis, deux fondations sont créés. La période d'anarchie dans ce cas se réduira à 1000 ans seulement.

Fondation est donc le récit de la chute d'un empire, la naissance et le développement d'une fondation censée être la base du futur empire. Dans ce premier opus de la série, le récit est divisé en chapitre, chaque chapitre relate un moment clé de la fondation. Car c'est de crise en crise que l'on saute la lecture, c'est en passant des crises que la fondation se développe. Le premier tome s'arrête environ deux siècles après le début de la fondation. Quatre périodes sont abordées. Quatre crises... C'est les prémices de la Fondation. L'empire n'est pas encore mort, on l'entend toujours, au loin...et les royaumes de la périphérie s'enhardissent...La fondation est encore fragile...

Et c'est le côté génial d'Asimov et de son cycle de Fondation, prévoir et expliquer l'avenir, non sur d'antiques prophéties, mais sur les connaissances scientifiques connues (et parfois peu connues!!) en 1950. C'est le grand roman de l'humanité abordé par la Sf. On a tout, le rôle du commerce, de la religion...dans la création d'une nouvelle société, mais on aborde aussi la stagnation d'une société décadente.
Même si pour l'écriture, Asimov est bien moins doué qu'Herbert ou Simmons, le lire aujourd'hui donne une impression de "rétro futuriste" (ou futurisme un peu rétro, prenez l'expression que vous préférez), un mélange de moderne et d'ancien. Ça date des années 50 et ça se ressent un peu pour des petits détails: Par exemple la propagande de l'empire est faite par un journal 'les nouvelles impériales", l'utilisation faite de la notion de l'atome, de l'atomique (En 50 la Russie n'a pas encore l'arme nucléaire mais les USA...) ...enfin tout ça mêlé à un contexte futuriste donne ce petit effet "rétro-futuriste" (j'invente des termes classes aujourd'hui!!).
En tout cas, pour tout ce qu'Asimov a apporté à la Sf,  le cycle de fondation est à lire pour tous fan de Sf qui se respect!

Ps: des rumeurs de films prévus courent: http://blog.lefigaro.fr/hightech/2008/07/la-fondation-dasimov-bientot-a.html

L'afghan/Ravhin.
Vous aurez une critique du tome 2, Fondation et empire dès que je l'ai fini.