meurtres___p_kin  Écrit par un écossais habitant en France, ce polar se déroule...en chine. Normal. Meurtres à Pékin est le premier volume d'une série dans laquelle on retrouve les enquêtes du commissaire chinois Li Yan et l'américaine Margaret Campbell, médecin légiste détective à l'occasion.

   Peter May est (selon la 4ieme de couv) passionné de la Chine et membre honoraire de l'association des écrivains de romans policiers à la section de Pékin... Dit comme ça ça ne rigole pas! Bon sinon le polar est sympa mais pas de quoi en faire un chef d'oeuvre non plus. C'est pas mauvais non plus attention! Il y a un petit côté engagé et dénonciateur chère à la collection Babel noir et qui dans le cas présent, plaira beaucoup à notre josé bové vous allez comprendre.
Mais bon, de quoi ça parle?
   Margaret est une légiste Américaine spécialiste des corps brulés qui dans le cadre d'un échange Américano-chinois, donnera pendant quelques semaines des cours dans une université Pékinoise. Li Yan quant à lui est fraichement promu commissaire et dès son premier jour, trois cadavres étranges sont retrouvés. L'un est fortement brûlé. Utilisant les talents de Margaret pour les autopsies, c'est le rapprochement de plus en plus fort entre cette dernière qui sera progressivement intégré à l'enquête et Li Yan, tous les deux ayant pourtant une culture très différente! Seulement voilà, l'enquête est suivit de très près par des personnalités très haut placé voyant d'un très mauvais oeil son avancé.

   Dans ce polar, c'est l'occasion de confronter deux mondes, celui de l'amérique que représente margaret, et de la chine de Li Yan. Deux mondes deux cultures que Peter May essaye de confronter à travers l'enquête et la "collaboration" forcée de nos deux protagonistes. Ce polar reste cependant celui d'un occidental et de Sa vue (documentée) de la chine. Je disais tout à l'heure que ça plaira à notre josé bové. Tout simplement car l'on parle des OGM et de firmes maveillantes. Et oui, ici les grands méchants sont ceux qui ne pensent qu'au pognon. L'histoire je vous dis est sympa, agrémenté même d'une histoire d'amour qui se profile à l'horizon (oh c'est beau!) mais qui prend peut être un peu trop de place car pas très passionante... (au contraire de celle dans Millénium). Le thème est interessant mais n'est pas abouti. Le livre manque de quelque chose. De puissance certainement. De style aussi, plutôt classique. (en comparaison avec Américan Tabloid de james Ellroy que je lis actuellement c'est flagrant). On devine un peu trop ce qui va se passer. Le mot qui résume bien Meutres à Pékin c'est ça: c'est sympa.

   Une enquête contenant un petit mélange de cutures opposées, de danger écologique et humanitaire, de manipulation politique et d'histoire d'amour interdit... Ca pourraît être géniale mais bon... c'est sympa. Pas un grand polar donc, mais qui reste agréable.