folkLe dernier livre de Philippe Fenwick est un recueil de nouvelles assez hétéroclite qui porte bien son titre. On met ce qu'on veut, dans le mot folk, un mot un peu fourre tout. On y trouve à peu près que des situations singulières et assez étranges mais qui, à lire les nouvelles, peuvent arriver de facon plutôt normale ou en tout cas pas vraiment improbable. Le bouquin n'a pas ambition de faire de longues pages qui se prennent la tête et d'intellectualiser à mort des situations qui peuvent paraitre bizarre jusqu'à en faire une peinture contemporaine avec un cercle rouge sous un carré vert qui symbolise la crise économique et les spaghettis. Folk, des petites fictions rapportées par Fenwick, et on fait ce qu'on veut des histoires, on les interprète comme on veut, on les dissèque comme on veut. C'est détendant. Ca ne se prend pas la tête. Et quelques semaines plus tard, on est content de trouver comment parler de Folk, qui comme ses histoires, est assez singulier, comme livre.