<< Raah putain de réveil ! >>
Il y a quelques semaines je me demandais comment j’avais pu faire un trou, enfin plutôt un impact dans le mur de la chambre, ça paraissait incongru, je n‘avais pas fait ni travaux ni duel de chevalerie. J’ai eu ma réponse quelques jours plus tard en achetant mon troisième réveil matin. Évident !
A ce stade de la journée il convient de faire une pause, il est sept heures et quarante six minutes précise. Chers malheureux du lundi matin, il ne faut jamais et j’insiste se laisser glisser de son lit comme la limace apathique aussi heureuse de voir un nouveau jour se profiler par les vénitiennes qu‘un mangeurs compulsif de fast-food d‘accueillir son énième ver solitaire.
Considérons la Loi sur les tartines beurrées et un homme, pas du matin, qui veut sortir de son lit sans trop d’efforts.
Le parquet ça fait mal, première considération. Bien sûr la douleur réveille le reste des muscles qui voulaient dormir. Le café qui s’en suit également, ça c‘est pour la matière grise. Mais je pense qu’un bisou matinal sur la joue d’une jeune femme à la beauté gracile avec petit gloussement amusé serait bien plus efficace et agréable que ce putain de réveil dont il ne reste qu’un fatras électronique sans vie sur lequel mon pied vient de se poser triomphalement.
Un réveil blessé est plus dangereux qu’un cintre.

By le Comte

Plus sérieusement, je viens de finir " Océan Mer" D'alessandro Barrico.

Livre dévoré en deux jours et judicieusement prêté par Adnihilo. Une oeuvre presque charnelle qui confronte sept personnages différents, qui incarnent les points fort du livre, à savoir la poésie, le suspens...
En un mot la mer. elle ets le personnage principal de ce roman à l'écriture parfaite, comme toujours chez Barrico. On se souvient de "Novecento pianiste"
Il a l'art de mettre en scène des personnages qui ont tout du romanesque avec un grand R dans des lieux qui sont aussi des personnages. Leurs histoires s'entremêlent. Des paumés, des amants, des aventuriers...

Merci Adnihilo. Et je rajouterais à son intention " c'est ça la puissance intellectuelle. Bac + 2 les enfants"